Pourquoi un diagramme ?


TRADITION signifie transmission de connaissances, de coutumes, de fait historiques, de savoir. Dans le domaine de la Spiritualité, l’objet de la Tradition était de permettre à l’homme de se connecter et de se mettre en accord avec des forces qui lui étaient supérieures et  donc incompréhensibles : les forces de l’Univers. Du point de vue spirituel, il n’existe donc qu’une seule et unique TRADITION, déclinée de multiples manières selon les lieux et les époques. Ces diverses déclinaisons de la TRADITION UNIQUE se sont développées sous des formes très variées. Elles ont aussi atteint des niveaux de sophistication très divers. Mais quel que soit ce niveau, toutes sont lacunaires.

Le Yi Jing est la pierre angulaire de la Tradition chinoise. Grâce à de simples traits pleins ou brisés, les Chinois ont réussi l’exploit de synthétiser les diverses situations générées par les forces de l’Univers et de les cataloguer en 64 fiches techniques ! Mais curieusement, ils n’ont pu en établir une représentation globale, exercice a priori plus facile puisqu’un diagramme est un mode de représentation simplifié.

Pour les Chinois de l’Antiquité, la tâche était ardue. Le Yi Jing utilise un des codes les plus puissants de la Création : la série binaire. Ce code permet d’atteindre des valeurs très élevées en un nombre relativement faible d’opérations. Il n’est donc pas surprenant qu’il existe “1,26 X 10 exp 89” manières différentes de disposer 64 figures dans l’espace ! A cela s’ajoute une difficulté supplémentaire : le Yi Jing est systémique. Cela signifie que modifier un détail à un endroit impactera de manière conséquente l’entièreté de la structure. En résumé, sans les outils informatiques actuels, il semblait pratiquement impossible de résoudre ce problème.

Le projet ALAYA a pour but d’établir ce diagramme en utilisant la fonction de dérivation. Mais il existe d’autres techniques : opposés, calendériques, nucléaires … autant de matériaux de base exposés eux aussi dans la partie «Traditions » de ce site.

Au cours des siècles, les hexagrammes ont fréquemment été manipulés sans qu’il soit tenu compte du texte qui leur est associé. Comme cela peut aussi sembler être le cas dans le cadre de ce projet, il est important de rappeler ici que la principale richesse du Yi Jing réside dans la sagesse émanant de ces petites phrases souvent lapidaires et ardues.

 

<< page précédente   –   page suivante >>