Hexagrammes


gua20

Alors que le Taiji Tu n’exprime qu’un mouvement global, le Yi Jing entre plus dans le détail. Composés de 6 strates d’énergie Yin/Yang, les 64 hexagrammes (appelés aussi Gua) sont animés au niveau de chaque trait par une dynamique interne liée à la nature même de ses 2 composantes Yin/Yang.

Non seulement le Yi Jing décrit chaque situation type mais il indique aussi comment elles ont tendance à évoluer. Chaque situation peut être amenée à se transformer en n’importe laquelle des 63 autres, voire se changer en elle-même, selon les circonstances ! Cette dynamique au niveau de chaque ligne des hexagrammes implique un système complexe de connexions entre tous les hexagrammes par le biais de la mutation des traits.

Les mécanismes du Yi Jing ne fonctionnent pas de manière déterministe, mode de pensée purement occidental. Les Chinois ont une vision organique et holistique du monde qui nous entoure. Les changements ne répondent pas à des lois fondamentales au sens de la Physique Classique mais sont plutôt la manifestation de tendances naturelles et spontanées, notion proche de celle de la synchronicité de Jung ou des systèmes de particules à hautes énergies découverts par la Physique Moderne.

La dynamique interne du Yi Jing se manifeste au travers de différentes techniques qui décrivent les connexions entre hexagrammes. Comme beaucoup de ces techniques sont utilisée pour la construction du diagramme 3D présenté sur ce site, il m’a semblé nécessaire de les expliquer rapidement dans les chapitres suivants …

 


A noter qu’un trait Yang est considéré comme “correct” lorsqu’il occupe une position impaire et “incorrect” lorsqu’il se trouve en position 2, 4 ou 6 dans l’hexagramme. Ce qui justifie l’attribution de la valeur 1 au Yang et 0 au Yin lors de la “numérisation” des hexagrammes. Le Gua 20, représenté ci-dessus, peut donc s’écrire “000011” après numérisation en notation binaire.

 

<  page précédente   –   page suivante  >