ALAYA 2.0 – Elaboration du diagramme


 

2. Les FRACTALES

La méthode de génération des hexagrammes établie, nous pouvons nous attaquer à la structure en elle-même.

Images 3D Nassim Haramein

Pour cela, il faut d’abord rappeler que la MERKABAH, déjà présente dans ce projet (Alaya Light), est un système fractal. En développant cette MERKABAH à la manière qu’un flocon de Koch, il est facile de passer d’un solide de 8 à 64 sommets (fig. 1 et fig. 2). Les 4 premières figures ci-dessous montrent un flocon de Koch (2D). Les 4 suivantes une Merkabah (3D) développée selon le même principe.

Grâce à la technique de dérivation nous savons que le Yi Jing est, lui aussi, un système fractal. Et nous savons aussi que les 8 trigrammes du Yi Jing peuvent être disposés sur les sommets d’une MERKABAH ou d’un CUBE selon qu’ils sont reliés entre eux en fonction de leur genre ou de la fonction de dérivation. MERKABAH ou CUBE, seules les liaisons changent. Les sommets sont identiques. Pour s’en convaincre, il suffit de constater qu’après plusieurs itérations fractales la Merkabah tend à ressembler à une structure cubique (fig. 3).

Développer un cube de manière fractale s’avère extrêmement simple et le résultat nous est d’autant plus familier qu’il ressemble au célèbre Rubik’s Cube. Toutefois, nous ne nous intéressons pas aux faces des cubes mais aux 64 sommets obtenus en considérant les 8 sommets des 8 cubes périphériques. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les figures ci-dessous sont équivalentes. Toutes ont en effet 64 sommets dont les positions sont identiques.

L’élaboration de la version 2.0 du diagramme s’avère donc simplissime. Il suffit de partir d’un cube de dimension 3 (celui des trigrammes) et le “fractaliser” pour générer un Hypercube de façon à passer de 8 à 64 sommets.

A ce stade de l’élaboration du diagramme, nous avons généré 64 hexagrammes à partir des 8 trigrammes que nous avons imbriqués et nous avons aussi un Hypercube de 64 sommets généré à partir d’un cube de 8 sommets. Reste à déterminer une logique d’attribution simple et élégante de façon à ce que chaque hexagramme trouve sa place au sein de la structure.

Pour ce faire, nous n’allons pas combiner le cube des trigrammes avec lui-même mais avec un second qui lui diffère légèrement : dans le second, les trigrammes XUN et DUI sont inversés. De même pour GEN et ZHEN. Le premier cube donnera les traits impairs des hexagrammes et les traits des trigrammes du second cube donneront les traits pairs.

La manipulation qui consiste à combiner les 2 cubes de gauche ci-dessus pour obtenir celui de droite n’est pas vraiment nécessaire. Mais cela permet de mieux visualiser le principe de construction. Cela a aussi permis de déterminer la place de 8 hexagrammes, les symétriques. Déterminer la place des 56 autres hexagrammes se fera de la même manière mais après avoir réduit la taille du second cube au tiers de sa taille initiale.

Ci-dessous les 8 hexagrammes dont les traits impairs forment le trigramme DUI. La position du nouveau cube est déterminée par la position de l’hexagramme DUI dans le premier cube (ci-dessus à gauche). Si on ne regarde que les traits pairs des 8 hexagrammes, on obtient le cube situé ci-dessus, au centre.

Pour des raisons de clarté assez évidentes, seuls 8 hexagrammes sont représentés ci-dessus. La version finale, sous forme d’animation 3D se trouve ICI. 

Mais, avant cela, il reste un dernier problème à résoudre.

 

 

< page précédentepage suivante >